• Plage Bonaparte à Plouha (Côtes d'Armor) - Haut-lieu de la Résistance

  • Sacy-le-Grand (Oise) - Mémorial en souvenir du F/O H. H. MacKenzie (RCAF)

  • Supermarine LF Mk.Vb Spitfire EP120 - G-LFVB - (The Fighter Collection)

  • Le Cardonnois (Somme) - Stèle à la mémoire de l'équipage du Boeing B-17 #42-31325, 452nd Bomb Group

  • B-17G-85-VE 44-8846 - F-AZDX - (FTV)

 

Aide aux aviateurs alliés

 

à Saint-Leu-d'Esserent (Oise)

 

 au cours de la Seconde Guerre mondiale

                                                                                                           

 

Copyright © 2017 - Association des Sauveteurs d'Aviateurs Alliés - Tous droits réservés -

                                                                                                             In English anglais 

 

 

Par Jean-Philippe Matthieu :

 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, des Lupoviciennes et Lupoviciens ont apporté leur aide à des aviateurs américains au péril de leur vie. Cette aide pouvait être "organisée" comme celle dont bénéficièrent :

- le S/Sgt Clifford G. Golke et le Sgt Cletus S. Hard, membres de l'équipage de la Forteresse volante “Lucky Strike”, 95th Bomb Group, 334th Bomb Squadron, tombée le 10 avril 1944 à Ercuis (Oise).

- le 1st Lt Rex P. Hjelm, pilote de P-38 "Lightning", 55th Fighter Group, 343rd Fighter Squadron, tombé le 11 juin 1944 à Bailleul-le-Soc (Oise).

- le 2nd Lt Edward I. Peterson, copilote de la Forteresse volante “Ensign Mary”, 379th Bomb Group, 526th Bomb Squadron, tombée le 16 juin 1944 à Pontpoint (Oise) qui fut amené depuis Senlis par M. René Charpentier.

cletus hard   REX et EDWARD 1944 st leu
                            Sgt Cletus S. HARD                                                  Le 1st Lt Rex P. HJELM et le 2nd Lt Edward I. PETERSON
       Il séjourna à Saint-Leu-d'Esserent en compagnie                                                hébergés à Saint-Leu-d'Esserent.                                                                du S/Sgt Clifford G. GOLKE en mai 1944.
   Chaque aviateur allié possédait un jeu de trois photos
     d'identité, habillé en civil, facilitant l'établissement
                                 de faux-papiers.
 

L'aide reposait sur M. André Cochet qui s'occupait des transports et ramenait des vraies-fausses cartes d'identité de la Préfecture de Beauvais. Celles-ci étaient remplies à Saint-Leu-d'Esserent par Mr Lucien Baudoin, secrétaire de mairie. Le ravitaillement était assuré par Mme Marcelle Cochet et Mme Charlotte Bachimont (après la Libération, elle sera la 1ère femme Conseillère Municipale de Saint-Leu puis maire en mai 1946). L'hébergement était pris en charge par les sœurs Alice et Marcelle Barbier.

lucien baudoin secretaire de mairie NB Copie       Fausse carte de Hjelm 
                                                                     Mr Lucien BAUDOIN                                           Fausse carte d'identité                                                                                                                                                                                              du 1st Lt Rex P. HJELM                                                                
cochet
Début juillet 1944 - Photo prise dans le jardin des sœurs BARBIER à Saint-Leu-d'Esserent. (Place de la Mairie).

De gauche à droite: Marcelle BARBIER, Rex P. HJELM, André COCHET, Edward I. PETERSON et Alice BARBIER.

            Juillet 44 rex hjelm andre cochet de st leu et edward peterson hebergs chez les soeurs barbier place de la mairie. photo famille rivalier.cochet
            Rex P. HJELM, André COCHET et Edward I. PETERSON.

Photo prise avec l'appareil "Kodak" familial par Mme Marcelle COCHET.

 

Les hasards de la vie ont permis à d'autres habitants de Saint-Leu-d'Esserent d'apporter une aide "spontanée" à des aviateurs alliés comme ce fût le cas pour M. et Mme Henri Lefebvre. En se rendant aux morilles, ils trouvèrent un parachutiste dans les bois, ils cachèrent son parachute (qui fût récupéré quelque temps plus tard et servit à confectionner des vêtements) puis contactèrent l'abbé Chrétien qui prit cet aviateur inconnu en charge. Mme Jacqueline Simon, leur fille, couturière, retailla un costume appartenant à son mari afin d'offrir à cet aviateur un habit civil.

Ces faits ne sont pas exhaustifs. Durant cette période, d'autres cas similaires ont certainement eu lieu sans être connus.

gants usaaf mme simon  dtails gants mme simon

 Paire de sous-gants offerte, par un aviateur américain inconnu, à Mr et Mme Henri LEFEBVRE pour les remercier de leur aide.

 

Témoignage de Mme Marcelle Cochet recueilli par Mme Paulette Formaux en mai 1986 :

"Monsieur Cochet détenait un ‘Ausweis’ qui lui permettait de circuler pour le ravitaillement. Marcel Coëne et Mr Boulanger, deux responsables de la Résistance, sont venus lui demander de prendre deux aviateurs américains, à Neuilly-en-Thelle1. Les logeurs étaient dénoncés2. Ils furent conduits dans une maison de carrière à Maysel et ensuite ramenés chez Melle Barbier à Saint-Leu-d’Esserent.
Mr. et Mme Cochet, tout comme Mme Bachimont fournissaient de la nourriture.
La sœur de "Pierrot"3 (Roland Jacques de Saint Vaast-les-Mello) convoyait les Américains jusqu'au terrain des Aigles à Chantilly. Ensuite le départ s'effectuait par le train jusqu'en Espagne.
Mr Picot, contrôleur des Contributions Directes de Chantilly, s'occupait des départs.
Mr Cochet rapportait des cartes d'identité de la Préfecture et M. Baudoin, secrétaire de Mairie, et les remplissait.
A l'occasion d'un de ses voyages à Beauvais, on lui confia la mission de prévenir le notaire d'Auneuil (Gilbert Thibault), qui était menacé suite à une dénonciation. Celui-ci fut ramené à Beauvais entre deux piles de bois dans la camionnette de Mr. Cochet.

Mr Cochet refusait de sortir la nuit. C'est au cours d'un transport de deux Américains que le Docteur Andrieu fut pris sur le plateau de Cramoisy. "André", de Ercuis, et un autre résistant réussirent à s'évader. Le Docteur Andrieu fût déporté à Dachau et n'est pas rentré...".

 
1 Il s'agit de Clifford G. Gollke et de Cletus S. Hard dont l’appareil était tombé à Ercuis.
2 Les logeurs sont Mr Henri Viet et son épouse qui habitaient à Saint Vaast-les-Mello.

3 Pierrette Henri (née Jacques), alias “Mado” dans la Résistance.

Le Dr Charles Andrieu fut arrêté le 8 juillet 1944. Le 18 août 1944, il est déporté au départ de Compiègne vers le camp de concentration de Buchenwald puis celui de Neu-Stassfurt. Il décède le 21 mars 1945.

diplome fr 
 
André Cochet
 
 
 
Sources :
Témoignages de : - Mme Jacqueline Simon (née Lefèbvre)
                             - Mme Michèle Rivalier (née Cochet)
Fonds local de la médiathèque Jean Moulin : travaux de Mme Paulette Formaux

Documents de la famille Hjelm, U.S.A.

Nous avons 15 invités et aucun membre en ligne

Conception, développement et formation,

Pyperpote -

Copyright ASAA.

Association des Sauveteurs d'Aviateurs Alliés -

Tous droits réservés