• Plage Bonaparte à Plouha (Côtes d'Armor) - Haut-lieu de la Résistance

  • Sacy-le-Grand (Oise) - Mémorial en souvenir du F/O H. H. MacKenzie (RCAF)

  • Supermarine LF Mk.Vb Spitfire EP120 - G-LFVB - (The Fighter Collection)

  • Le Cardonnois (Somme) - Stèle à la mémoire de l'équipage du Boeing B-17 #42-31325, 452nd Bomb Group

  • B-17G-85-VE 44-8846 - F-AZDX - (FTV)

 

Roger FOLLIOT, alias “Titou”

 

 
Copyright © 2017 - Association des Sauveteurs d'Aviateurs Alliés - Tous droits réservés -
                                                                                                             In English anglais

 

 

Roger Folliot est né le 15 novembre 1925 à Hermes (Oise). Son enfance se déroule ensuite à Senlis.

De 1937 à 1942, il vient suivre ses études au Collège de Clermont (Oise) où il fait connaissance d’Alain Fleury. Immédiatement, une grande complicité et une forte amitié nait entre les deux jeunes étudiants. En juin 1940, ils éprouvent d’emblée le même refus de la soumission à la défaite. “Titou” est encouragé dans cette attitude par l’exemple de son oncle, le Capitaine Raphaël Folliot qui, en juin 1940, entraine un bataillon complet du Liban à la Palestine sous autorité anglaise. (Le Capitaine Raphaël Folliot fut condamné à mort par le régime de Vichy. Il fut l'un des premiers Compagnons de la Libération).

En 1942, en pleine Occupation, Roger Folliot part poursuivre ses études au Lycée Louis-le-Grand à Paris.

En septembre 1943, alors qu’il n’a pas encore 18 ans, il est incorporé au sein du groupe de Résistance O.C.M. (Organisation Civile et Militaire) du secteur Centre-Oise, basé à Clermont et commandé par le Capitaine Georges Fleury, alias “Carrière”, le père de son ami Alain.

RogerFolliot 

Roger “Titou” Folliot

Dès lors, Roger “Titou” Folliot remplit les missions qui lui sont confiées, à commencer par la mise en sécurité de plusieurs aviateurs alliés tombés dans le secteur de Saint-Leu d’Esserent. Il est notamment chargé d’effectuer des missions de liaison régulières avec les groupes de Résistance de Senlis, de Creil, de Rochy-Condé, se rendant aussi occasionnellement à Paris pour assurer des contacts avec les réseaux spécialisés d’évasion d’aviateurs.

Au printemps 1944, “Titou”, avec l’aide se son père, André Folliot, russophone, est chargé des rapports avec un groupe de prisonniers de guerre russes évadés, basés à Mérard, près de Mouy. Il l’équipe d’armes américaines reçues lors d’un parachutage.

GeorgesFleury2A partir du mois de mai jusqu’en septembre 1944, “Titou” réside dans la maison de la famille Fleury à Clermont. Il côtoie, de façon plus ou moins continue, “Jacky” (Jacky du Pac) des Services Secrets britanniques, Roger Camous, alias “Le Raton”, officier du Service de Renseignement Air et un homme assez fanfaron, Robert Frotté alias “Breton”, responsable pour l’Oise du Bureau des Opérations Aériennes. Le B.O.A., lié au B.C.R.A. (Bureau Central de Renseignements et d'Action) créé par la France Libre à Londres, homologuait et contrôlait l’utilisation de dizaines de terrains de parachutage proposés par les groupes de Résistance locaux pour la plupart.

Titou” fait partie du petit groupe de commandement constitué autour de lui par Georges Fleury. Avec Alain, ils sont les agents de liaison personnels de celui-ci. Les liaisons concernent un assez grand nombre de personnes : le Colonel Fromonot (Monturat), responsable de la Résistance dans l’Oise, le Capitaine de Montalambert au Génie Rural, plusieurs chefs de la vingtaine de groupes dépendant du Secteur-Centre de l’O.C.M. dirigé par Georges Fleury, plusieurs représentants d’autres mouvements de Résistance, entre autres l’ancien député Jean Biondi de Libération-Nord, Edouard du F.N.  

En tant qu’agent du groupe de protection, “Titou” participe à différentes opérations de parachutage à Fouilleuse, Cernoy et Francières, se chargeant ensuite de transporter puis de dissimuler au plus vite les armes et le matériel réceptionnés. Il assure parfois le transport des armes vers les différents groupes de la région, allant même livrer à bicyclette une mitraillette Sten pour le groupe de Senlis, dirigé par André Decatoire, qui en était dépourvu. Il transporte l’émetteur-radio du groupe de Creil à Cauffry.  

Il prend également part à une opération Pick-up effectuée par avion Lysander de la Royal Air Force, près d’Estrées-Saint-Denis, dans la nuit du 2 au 3 juin 1944.

Le 26 juin 1944, alors qu’il se trouve chez ses parents à Senlis, il se rend à Eve avec Jules Fossiez afin d’aller récupérer un pilote de chasse américain, le 2nd Lt Heyward C. Spinks dont le “Mustang” avait dû faire un atterrissage forcé. Un peu plus tard, “Titou” et Alain Fleury font le repérage d’un aviateur américain tombé près de Rochy-Condé.  

A Clermont, le 6 août 1944, lors du raid de la Gestapo et de la Milice contre les domiciles de George Fleury et de son adjoint Jean Corroyer, ce dernier est assassiné. Sa femme et son fils sont arrêtés et seront déportés sans retour. La “maison” Fleury est forcée, un peu saccagée mais personne n’y est trouvé… En effet, toute la famille Fleury se trouve à Rémécourt. Elle parvient à s’enfuir et à se réfugier chez les amis Doisy. Le dernier occupant, “Titou”, a fermé et quitté la maison un peu avant la nuit. Ici, au moins, le pire est évité. “Titou” gagne Senlis.

IMG 6275

Dès lors, la plus grande prudence est requise car la maison des Fleury est probablement sous surveillance. Pourtant cette maison renferme des secrets qu’il faut mettre en lieu sûr. C’est à Roger Folliot qu’il incombe de récupérer, malgré tous les risques, les documents importants. Cependant “Titou” se heurte à l’opposition résolue d’une jeune fille, Eliane (plus tard son épouse), qui le trouve beaucoup trop repérable. C’est elle qui, avec l’aide d’un de leurs camarades, Jean Lamirand, procède à la “récupération” des documents cachés dans la maison Fleury qu’elle connait bien.

Un peu plus tard, en août 1944, Georges Fleury, s’étant éloigné dans le nord du département, cherche à reprendre contact avec les Groupes de son Secteur. Sa fille, France-Raphaëlle, parvient à rencontrer “Titou” à Senlis. Elle lui transmet les ordres destinés aux chefs de Groupes. La mise en action opérationnelle du Secteur Centre se réalise ainsi, sous le contrôle de son chef.

Dans les derniers jours d’août, “Titou” fait sa jonction avec Georges Fleury et Alain. Avec ce dernier, il participe à un dernier parachutage. Ensuite, les groupes armés du Secteur Centre se disposent au nord de Clermont. Après un accrochage avec une batterie d’artillerie allemande dans la nuit du 31 août, Georges Fleury envoie “Titou” en reconnaissance. Après le rapport de celui-ci, la marche finale sur Clermont est lancée puis ce fut la Libération.

Après la guerre, Roger Folliot reprend ses études à la Sorbonne et obtient une licence complète ès-sciences. Agrégé de l’Université, il occupe la fonction de chef de travaux à la Faculté des Sciences de Rennes, en Bretagne.

Roger “Titou” Folliot poursuivra une carrière exemplaire au service de la Science (biologie générale, biologie cellulaire, génétique).

 - Docteur d’Etat ès-sciences

- Professeur des Universités

- Professeur associé à l’Université de Montréal (Canada).

- Directeur de l’Unité de Recherche associée au C.N.R.S. “Biologie Cellulaire et Reproduction

- Conseiller scientifique (Biologie) de la Direction de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

- Membre du Comité National du C.N.R.S.

- Examinateur en chef du Baccalauréat International (Genève)

Ouvrages scientifiques publiés :

- (Presses Universitaires de France) : “Biologie Cellulaire” et “Les Bases Chimiques de la Biologie Cellulaire

- (Pôle Européen d’Enseignement) : “Accéder aux grands concepts de la Génétique

- (Unesco) : “Les Etudes Supérieures dans le Monde” – en collaboration avec le Professeur de Grandpré (Québec)

 

Chevalier de la Légion d’Honneur

Croix de Guerre 1939-1945 avec Etoile de Bronze

 Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques

 

Nous avons 17 invités et aucun membre en ligne

Conception, développement et formation,

Pyperpote -

Copyright ASAA.

Association des Sauveteurs d'Aviateurs Alliés -

Tous droits réservés