• Plage Bonaparte à Plouha (Côtes d'Armor) - Haut-lieu de la Résistance

  • Sacy-le-Grand (Oise) - Mémorial en souvenir du F/O H. H. MacKenzie (RCAF)

  • Supermarine LF Mk.Vb Spitfire EP120 - G-LFVB - (The Fighter Collection)

  • Le Cardonnois (Somme) - Stèle à la mémoire de l'équipage du Boeing B-17 #42-31325, 452nd Bomb Group

  • B-17G-85-VE 44-8846 - F-AZDX - (FTV)

 

13 juin 2015

 

Goincourt (Oise)

 

Cérémonie de remise à sa famille d’un bracelet ayant appartenu au

Sgt Thomas E. LAMB

 

322nd Bomb Group

451st Bomb Squadron

9th Air Force

 

                                                                                                           Copyright © 2015 - Association des Sauveteurs d'Aviateurs Alliés  - Tous droits réservés -
                                                                                                           In English anglais

 

Mairie 

 

Dans la salle de réception de la mairie de Goincourt (Oise), se tenait, en ce samedi 13 juin 2015, une cérémonie particulière.

En effet, Mr Jacques Billoré, maire du village, et son équipe municipale, avait l’honneur d’accueillir Dan Lamb, citoyen américain venu de Cleveland, Ohio, pour un événement très spécial.

Dan Lamb est le cousin de Thomas E. Lamb, un jeune sergent mitrailleur qui perdit la vie le 18 mars 1945 sur le territoire de la commune de Goincourt au cours d’une terrible tragédie.

TommyLamb

Le Sgt Thomas E. LAMB

Ce jour-là, quelques minutes après le décollage de la base de Beauvais-Tillé pour une mission au dessus de l’Allemagne, le B-26 "Marauder" abord duquel il occupait le poste de mitrailleur de queue s’écrasait, pris dans le souffle de l’explosion de deux autres "Marauders" entrés en collision lors de l’assemblage en formation.

Cette dramatique catastrophe entraîna immédiatement dans la mort les équipages des trois bombardiers. Miraculeusement, seul le pilote-leader de l’escadrille, le 1st Lt Alex O. Cordes, survécut.

Il y a quelques années, Mr Cocu, un habitant de Goincourt, retrouvait par hasard, en jardinant, un bracelet portant sur une face un nom gravé : "TOM LAMB" et au revers un numéro : "16160208". Ces inscriptions lui ont tout de suite fait penser qu’il pouvait s’agir d’un militaire. Un soldat anglais ou américain ? Difficile à déterminer ! Le bracelet fut conservé précieusement… et les années ont passé.

bracelet  bracelet2

 

En 2006 le livre de notre ami Marcel Mavré " La guerre 39/45 dans le ciel de l’Oise, 500 avions tombés en mission de combat sur le territoire du département" permit à Mr Cocu de découvrir l’existence du crash des bimoteurs américains tombés à Goincourt le 18 mars 1945. Le nom du Sgt Thomas E. Lamb figurait parmi les membres des équipages des trois appareils. L’énigme était en partie levée.

Le souhait de Mr Cocu étant de pouvoir rendre un jour le bracelet à la famille de l’aviateur, il entreprit alors des démarches auprès de l’Ambassade des Etats-Unis à Paris afin d’obtenir davantage de renseignements. Les correspondances échangées n’apportaient cependant rien de très concrets si ce n’est quelques rapports militaires écrits en anglais. Quelque peu décourageant malgré l’aide précieuse d’une voisine, ancienne professeur d’anglais !

En mai 2014, suite à un article paru dans la presse, Mr Cocu prit connaissance de l’existence de notre Association et nous a contactés.

Dès notre première rencontre, promesse lui était faite de tout mettre en œuvre afin de retrouver la famille du Sgt Thomas E. Lamb aux Etats-Unis. Nous avons fait appel à nos connaissances, notamment deux amies, Janice Kidwell au Canada et Nancy Scovill en Californie, qui ont immédiatement compris l'importance de retrouver la famille Lamb.

Débutèrent de longs mois de recherches à travers les Etats-Unis à partir des maigres informations en notre possession… Puis soudain, au mois de janvier 2015, elles eurent la grande joie de nous annoncer qu’elles avaient pu entrer en contact avec Dan et ses sœurs.

Ce fut la surprise et l’émotion pour cette famille américaine, apprenant 70 ans après ce tragique événement, l’existence du bracelet de leur cousin retrouvé dans ce petit village de France.

Les contacts étaient rapidement noués. Après concertation, la famille décida que ce bracelet devait revenir à Dan, le cadet de la famille.

C’est donc avec beaucoup d’émotion que Dan était accueilli dans les locaux de la mairie, à la fois par Mr Billoré et son équipe municipale, par Mr Cocu, les membres de notre Association, les Associations d’Anciens-combattants et la population du village. Mr Piet, témoin de la tragédie à l'époque, nous honorait également de sa présence. 

MrPiet

Mr Piet, témoin du crash des trois appareils, et Dan Lamb

 Maire

Mr Billoré, maire de Goincourt

Chaleureuse et conviviale, la cérémonie officielle débutait par quelques mots d’accueil du maire, Mr Billoré, qui laissait ensuite la parole à Mr Cocu. Celui-ci décrivait le long cheminement qui permettait d’exaucer la promesse qu’il s’était faite de pouvoir remettre le bracelet à l’un des membres de la famille de l’aviateur.

MrCocu 

Mr Cocu

 remisebracelet La remise du bracelet à Dan Lamb

Lebracelet

Recevant avec une intense émotion le bracelet de son cousin "Tommy", Dan Lamb prononçait quelques mots de remerciement en français. Il soulignait que de se voir remettre le bracelet le jour de la Saint Antoine, ce Saint qui aide à retrouver les objets perdus, était en quelque sorte une belle coïncidence mais aussi tout un symbole permettant de faire resurgir dans la mémoire de tous le souvenir du Sgt Lamb.

Dan

Dan Lamb

SgtThomasLambObituaryDan Lamb évoquait ensuite la courte vie de son cousin qui était né en 1924 en Pennsylvanie. Le père de Thomas, vétéran de la Première Guerre mondiale, avait combattu en Lorraine en tant que lieutenant dans les forces blindées toutes nouvellement créées du Corps Expéditionnaire américain sous les ordres du futur Général Patton.

Au début des années 1930, la famille Lamb s’était installée à Grosse Pointe, dans la banlieue de Détroit, dans l’état du Michigan, où son père travaillait comme vendeur de papiers-peints.

Thomas Lamb n’avait que 10 ans lorsqu’il perdit sa mère suite à la maladie.

Tout en poursuivant ses études, il devint ensuite très populaire en étant le capitaine de l’équipe de football de l’école, jouant aussi au baseball.

Thomas E. Lamb s’engagea dans l’U.S. Army Air Force en février 1943. Sa formation militaire le mena sur différentes bases à travers les Etats-Unis avant d’intégrer le 322nd Bomb Group, 451st Bomb Squadron, volant sur B-26 "Marauder". D’abord déployé en Angleterre, ce Bomb Group vint s’établir sur l’aérodrome de Beauvais-Tillé à partir du mois de septembre 1944. Le Sgt Thomas E. Lamb opérait au poste de mitrailleur de queue, une position des plus dangereuses. Sa courte vie s’est arrêtée, comme pour 17 autres de ses camarades, dans la collision en plein ciel des trois appareils au dessus du village de Goincourt.

Le Sgt Thomas E. Lamb repose désormais dans le cimetière militaire américain d’Epinal, dans les Vosges.

                                                                                       TombeThomasLAMB

 

Dominique Lecomte, Président de l’ASAA-Oise, prenait ensuite la parole pour retracer l’historique de cette terrible journée du 18 mars 1945 au cours de laquelle le Sgt Thomas E. Lamb et 17 jeunes aviateurs américains perdirent la vie.

Après les hymnes nationaux des Etats-Unis et de la France, le maire, Mr Billoré, conviait toute l’assistance pour le vin d’honneur traditionnel.

Hymnes

Lors des hymnes nationaux

Cette cérémonie empreinte d’émotion qui voyait la restitution du bracelet de l’aviateur à un membre de sa famille, 70 ans après, restera un bel hommage rendu envers le Sgt Thomas E. Lamb et, par delà cet acte, aux camarades de son escadrille. Elle permettra de toujours rappeler le sacrifice de ces jeunes aviateurs tombés dans le seul but de défendre la valeur essentielle qu’est la Liberté.

MrCocuetDan   

 

panneau  

Nous avons 51 invités et aucun membre en ligne

Conception, développement et formation,

Pyperpote -

Copyright ASAA.

Association des Sauveteurs d'Aviateurs Alliés -

Tous droits réservés